La Florentine, saga de Juliette Benzoni

Si apprendre  la lutte des Médicis avec la famille Pazzi jusqu’à la fameuse « Conspiration » d’une part et la lutte du roi Louis XI contre le duc de Bourgogne Charles le Téméraire d’autre part vous tente, alors la saga La Florentine de Juliette Benzoni va vous régaler ! Composée de quatre tomes, cette saga suit les aventures de la jeune Fiora Beltrami, fille adoptive d’un riche et influent marchand florentin. Son amour pour un homme et son désir de vengeance pour un autre la tourmentent et la poussent à mettre sa vie en dangerCapture d'écran 2017-12-29 13.56.07. Aux côté de dame Léonarde, qui prend soin d’elle depuis sa tendre enfance en tant que sa gouvernante, et du médecin Démétrios au don de visions, elle découvrira la cruauté d’un peuple qui ne souhaite que sa mort, le zèle de sa cousine à se débarrasser d’elle et l’amour des hommes qu’il est fort aise de manipuler pour parvenir à ses fins. Quittant sa robe de petite fille à la vie paisible qu’elle menait aux côtés des Médicis, la jeune femme à l’incroyable beauté, arrachée à sa ville natale de la pire des manières, fera tout ce qui est en son pouvoir pour sa cause. Ville natale qui, contrairement à ce qu’elle croit, ne l’est en réalité point…

capture-dc3a9cran-2017-12-29-13-52-26.png

Tout commence en 1457, en Bourgogne, durant l’exécution de deux jeunes amants accusés d’inceste auquel assiste le florentin Francesco Beltrami, de passage à Dijon. Transcendé par la beauté peu commune de la jeune femme, Beltrami ne peut rester indifférent à cet événement qui bouleversa sa vie à jamais. Il retourne ensuite à Florence, emportant avec lui un jeune nourrisson qu’il venait de sauver d’une mort effroyable…

Ne comptez pas sur moi pour en dire plus! Je vous laisse découvrir par vous même les aventures de la belle Florentine. Mais ce que je peux vous dire c’est que la lecture de ce livre m’a littéralement passionnée. Le contexte historique se balançant entre la République de Florence, la France et la Bourgogne et la romance entremêlée de trahison, d’amour et de guerre (comme je les aime!) m’a  fait voyager au cœur du XVème siècle. Apparemment, je ne fus pas une exception : « Si Giuseppe Verdi était encore en vie, il se serait hâté de faire un opéra avec ce roman » (Le Figaro).

Capture d'écran 2017-12-29 14.12.53.png

 

F.A

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s